Plantes indigènes au Costa Rica

Je me pointe le nez dehors, le temps est parfait pour une petite virée sur mes skis de fond.  C’est la saison du repos pour l’horticulteur.  L’hiver dernier, j’en ai même profité pour faire un séjour bienfaiteur sous les tropiques, au Costa Rica, en compagnie de mon amoureuse.  La forêt tropicale aux arbres de dimensions surréelles, les orchidées enracinées sur les troncs, les fougères arborescentes et les singes dans les branches; il n’en fallait pas plus pour me dépayser.  Et cette riche flore indigène, la retrouve-t’on en pépinière comme chez nous?

Un tour rapide sur internet avant le départ, pour me rendre compte que la production et l’utilisation de la flore indigène au Costa Rica en est à ses premiers pas.  Quelques adresses en poche, nous partons à la découverte.

Restaurer la forêt tropicale

A Tilaràn, petit village haut perché dans les montagnes, nous faisons la rencontre de Roberta et Daniel.  Jadis éleveurs de bétail, ils ont abandonné ce métier après voir pris conscience de l’impact écologique de cette activité.  La déforestation et l’entretien des pâturages, à renforts d’herbicides, sont légion dans ce pays, et particulièrement remarquable sur les flancs escarpés des hautes montagnes.  Ils ont donc laissé la végétation indigène reprendre sa place sur leurs terres, dans le but d’en faire une réserve forestière protégée.  De leur          initiative est né un organisme, La Reserva, qui a pour mission de restaurer la forêt tropicale sur des terres inutilisées et de créer des corridors fauniques parmis les terres cultivées.  Une petite pépinière sur leur propriété fournit le matériel de plantation.  Pour les projets importants, on crée des pépinières sur le lieu même de la plantation, entretenues par des travailleurs locaux visiblement fiers d’y participer.  Bon an mal an, c’est environ 10 000 arbres qui s’en vont en terre et des dizaines d’hectares qui sont restaurés, et ce sont souvent des entreprises nord-américaines qui financent ces projets pour diminuer leur empreinte de carbone (ou soulager la conscience collective).  L’an passé, c’est l’équipe du réalisateur canadien James Cameron (Avatar) qui a participé avec eux à la plantation d’arbres dans le cadre du projet Hometree.  Voyez aussi le projet Maleku, qui vise à rendre à ce peuple indigène une partie de leur terres ancestrales.

Le potentiel horticole

On s’en doute, avec une flore d’une telle diversité, il y a tout un potentiel pour l’horticulture.  Les espèces indigènes y trouvent pourtant rarement leur place dans les jardins.  On y voit plutôt,  la très populaire et exotique hydrangée à fleurs bleues, tellement abondante et peu appropriée dans ce décor; on s’en lasse rapidement.  Vivement une escapade en forêt!

C’est dans le but de promouvoir l’usage de la flore indigène que l’organisme ProNativas à été fondé.  Après avoir répertorié les espèces à fort potentiel, on les à testées en pépinière et dans des jardins expérimentaux.  Des lieux publics et privés sont ensuite aménagés pour la démonstration.  Quelques pépinières et jardineries acceptent d’en tester la mise en marché.  Côté tourisme, on incite les complexes hôteliers à les introduire dans leurs aménagements floraux, dans le cadre de la certification écologique Blue Flag.  Bref, on est sur la bonne voie, mais il y a encore du pain sur la planche.  Et combien de potentiel! 

Bien que le Costa Rica ait un taux impressionnant de 25% de son territoire protégé,  l’enjeu majeur reste encore de préserver cette biodiversité hors du commun, et surtout en dehors des réserves naturelles.

J’ai observé dans ce pays une flore extraordinairement riche, et j’ai aussi réalisé que notre flore sauvage au Québec, bien que très différente, est tout aussi spectaculaire du fait qu’elle fleurit intensément sur une courte période de l’année.

Viva las plantas indigenas!

Si vous avez des expériences particulières avec les plantes indigènes, à l’autre bout du monde ou dans votre cour, je vous invite à nous les partager en laissant un commentaire ci-dessous ou en m’écrivant à: benoit@pepiniererustique.com

Suggestion de vidéo

Le point de vue de l’organisme ProNativas et leurs actions pour l’utilisation de la flore indigène au Costa Rica.  Observer ce qui se passe dans la nature et l’appliquer dans notre propre entourage.  Une philosophie que je partage à travers mon travail avec les plantes indigènes dans notre pays.

Crédit photo pour singe et Heliconia: La Reserva

 

Cet article a été publié dans Inspiration. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Plantes indigènes au Costa Rica

  1. Thank you so much Bertrand for this beautiful blog. Your great love and understanding of the native tropical forests, all the life that envelopes you here at La Reserva, teaches us how vital they are for all life on the Earth.

    Your friend,
    Roberta

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s