Des herbacées indigènes sur la rive

On connait déjà très bien les populaires Cornus, Myrica et Spirea, arbustes utilisés avec succès pour végétaliser les rives  J’attire maintenant votre attention sur des espèces herbacées indigènes ayant des qualités tout aussi appréciables pour ce genre de travail.  En milieu naturel, on les retrouve intercalées aux espèces ligneuses, souvent à la bordure de rives boisées, où on trouve plus de lumière.  Ou bien dans les lieux ouverts qui sont soummis aux innondations (plages, plaines innondables, marais, etc.).

Elles ont les caractéristiques suivantes:

  • Un enracinement très rapide, principalement en surface
  • Une forte densité de tiges et de feuilles permettant de ralentir, capter et filtrer les eaux de surfaces
  • Un habitat et une source de nourriture pour la faune
  • Des fleurs permettant de rehausser la qualité visuelle des ouvrages riverains

Ce dernier point est particulièrement appréciable en milieu résidentiel ou municipal.  Aussi, beaucoup d’herbacées riveraines fleurissent l’été et l’automne, moment où la plupart des arbustes indigènes ont terminé leurs floraison.

Je vous en présente ici six espèces dignes de mention.  Pour ceux qui en veulent plus, voir la liste au bas de la page.

Aster puniceus 
Aster ponceau
 
J’aime cette espèce pour sa floraison abondante en août et septembre.  C’est un moment que j’attends chaque année.  Je l’observe surtout le long des fossés et dans les endroits mal drainés.
 
 
 
 
 
Comarum palustre (Potentilla palustris)
Potentille des marais
 
Pour accompagner l’Iris versicolor, cette plante se plait dans les mêmes endroits, à la limite de l’eau, le sol détrempé ou innondé.  C’est un vrai charme que de voir son feuillage vert bleuté s’étaler au dessus de l’eau.  
 
Calamagrostis canadensis
Calamagrostide du Canada – Foin bleu
 
Dans les lieux ouvert et mal drainés elle s’étale, fixant le sol de ses racines drageonnantes, sans pour autant être envahissante.  Son feuillage bleuté est toujours attrayant et ses épis légers se balancent jusque tard l’automne. 
 
Eupatorium maculatum
Eupatoire maculé
 
Absolument robuste et spectaculaire.  On la voit ici poussant sur un barrage de castors, dans le Parc du Mt-Tremblant.
 
 
 
  
 
  
Physostegia virginiana
Physostégie de Virginie
 
Abondante dans sa croissance  comme dans sa floraison, en fin de saison.  Donnez lui de l’espace! 
 
 
 
 
 
  
 
 
 
 
 
Thalictrum pubescens
Pigamon pubescent
 
Au début de l’été, fin juin et début juillet, cette espèce semble former des nuages de fleurs blanches.  Son feuillage vert bleuté et bien découpé est intéressant.  Où il y a de l’eau elle se plait, tant sous le soleil que l’ombre assez dense.  
 
 
 
 
 
 
 
Plantes à fleurs
Asclepias incarnata
Aster novae-angliae
Aster puniceus
Aster umbellatus
Chelone glabra
Comarum palustre
Eupatorium maculatum
Eupatorium perfoliatum
Heliopsis helianthoides
Iris versicolor
Mentha arvensis
Rudbeckia laciniata
Sanguisorba canadensis
Solidago canadensis
Thalictrum pubescens
Verbena hastata
 
Graminées
Calamagrostis canadensis
Deschampsia cespitosa
Glyceria sp.
Panicum virgatum
Scirpus sp.
Physostegia virginiana
 
Pour plus de détails, voyez www.pepiniererustique.com
 
About these ads
Ce contenu a été publié dans Uncategorized, avec comme mot(s)-clef(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s